Définition

NATURA 2000 - Directive oiseaux
(ZPS : zone de protection spéciale)

Ces zones font partie du réseau Natura 2000, réseau des espaces communautaires de protection des habitats et des espèces prioritaires.

Les zones de protection spéciale (ZPS) sont des sites maritimes et terrestres particulièrement appropriés à la survie et à la reproduction d'espèces d'oiseaux sauvages figurant sur une liste arrêtée par le ministre chargé de l'environnement ou qui servent d'aires de reproduction, de mue, d'hivernage ou de zones de relais à des espèces d'oiseaux migrateurs.

Elles concernent :

- soit les habitats des espèces inscrites à l'annexe 1 de la directive qui comprend les espèces menacées de disparition, vulnérables à certaines modifications de leurs habitats ou les espèces considérées comme rares parce que leurs populations sont faibles ou que leur répartition locale est restreinte ou enfin celles qui nécessitent une attention particulière en raison de la spécificité de leur habitat.
- soit les milieux terrestres ou marins utilisés par les espèces migratrices non visées à l'annexe 1 dont la venue est régulière. Une importance particulière doit être accordée à la protection des zones humides, surtout celles d'importance internationale.

Les ZPS visent à :
- Conserver ou rétablir dans un état favorable à leur maintien à long terme les habitats naturels et les populations des espèces de faune sauvages qui ont justifié la désignation du site Natura 2000.

- Eviter la détérioration des habitats naturels et les perturbations de nature à affecter de façon significative les espèces de faune sauvages qui ont justifié la désignation du site Natura 2000.

NATURA 2000 - Directive habitats (ZSC)
(zone spéciale de conservation)
 

Ces zones font partie du réseau Natura 2000, réseau des espaces communautaires de protection des habitats et des espèces prioritaires.
Les zones spéciales de conservation (ZSC) sont des sites maritimes et terrestres qui comprennent des habitats naturels ou des habitats d'espèces de faune et de flore sauvages dont la liste est fixée par arrêté du ministre en charge de l'environnement et dont la rareté, la vulnérabilité ou la spécificité justifient la désignation de telles zones et par là même une attention particulière.
Elles concernent :

· les habitats naturels d'intérêt communautaire, qu'ils soient en danger de disparition dans leur aire de répartition naturelle, qu'ils disposent d'une aire de répartition réduite par suite de leur régression ou en raison de leur aire intrinsèquement restreinte ou encore qu'ils constituent des exemples remarquables de caractéristiques propres à l'une ou à plusieurs des six régions biogéographiques (alpine, atlantique, continentale, macaronésienne, méditerranéenne et boréale) ; les, types d'habitats concernés sont mentionnés à l'annexe 1.
· les habitats abritant des espèces d'intérêt communautaire qu'elles soient en danger, vulnérables, rares ou endémiques ; les espèces concernées sont mentionnées à l'annexe II.
· les éléments de paysage qui, de par leur structure linéaire et continue ou leur rôle de relais, sont essentiels à la migration, à la distribution géographique et à l'échange génétique d'espèces sauvages.
Par ailleurs, la directive liste dans son annexe IV, les espèces dont les États doivent assurer la protection.

Les ZSC visent à :
· Conserver ou rétablir dans un état favorable à leur maintien à long terme les habitats naturels et les populations des espèces de faune et de flore sauvages qui ont justifié la désignation du site Natura 2000.
· Eviter la détérioration des habitats naturels et les perturbations de nature à affecter de façon significative les espèces de faune et de flore sauvages qui ont justifié la désignation du site Natura 2000.

Saisi d'un projet de désignation d'une zone spéciale de conservation, le ministre chargé de l'environnement décide de proposer la zone pour la constitution du réseau communautaire Natura 2000. Cette proposition est notifiée à la Commission européenne (PSIC). Lorsque la zone proposée est inscrite par la Commission européenne sur la liste des sites d'importance communautaire (SIC), le ministre de l'environnement prend un arrêté la désignant comme site Natura 2000 (ZSC).

ZNIEFF (Zones naturelles d'intérêt écologique floristique et faunistique )
 
Les secteurs pouvant être concernés portent sur l'ensemble du territoire national, terrestre, fluvial et marin (départements d'outre-mer compris). Ils doivent être particulièrement intéressants sur le plan écologique, notamment en raison de l'équilibre ou de la richesse des écosystèmes qu'ils constituent, de la présence d'espèces végétales ou animales rares et menacées.
 
Les objectifs sont :
- Mieux connaître le patrimoine naturel en contribuant à l'inventaire des richesses écologiques, faunistiques et floristiques du territoire national.
- Etablir un inventaire cartographié constituant une des bases scientifiques majeures de la politique nationale de protection de la nature.
Avoir une base de connaissances associée à un zonage accessible à tous dans l'optique d'améliorer la prise en compte des espaces naturels avant tout projet, de permettre une meilleure détermination de l'incidence des aménagements sur ces milieux et d'identifier les nécessités de protection de certains espaces fragiles.

Les zones de type II, grands ensembles naturels (massif forestier, vallée, plateau, estuaire, etc.) riches et peu modifiés, ou qui offrent des potentialités biologiques importantes. Dans ces zones, il importe de respecter les grands équilibres écologiques, en tenant compte, notamment, du domaine vital de la faune sédentaire ou migratrice.

ZICO (Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux)
L’Inventaire ayant pour objet la protection, la gestion et la régulation des oiseaux vivant naturellement à l'état sauvage sur le territoire européen des États membres, en particulier des espèces migratrices. A partir de l'inventaire des ZICO, sont désignées les zones de protection spéciale (ZPS, voir définition).
 
Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (zone d'inventaire des biotopes et habitats des espèces les plus menacées d'oiseaux sauvages, établi à partir de critères scientifiques), utilisée pour l’application de la  Directive du Conseil des Communautés européennes 79/409/CEE du 2 avril 1979, dite directive Oiseaux, concernant  la conservation des oiseaux sauvages.
A pour objectifs :
 - la protection d'habitats permettant d'assurer la survie et la reproduction des oiseaux sauvages rares ou menacés,
- la protection des aires de reproduction, de mue, d'hivernage et des zones de  relais de migration pour l'ensemble des espèces migratrices



Parlons un peu développement durable


La NATURE

Le château de Roncourt est situé sur un plateau dont les paysages sont composés de forêts, petits bosquets et de prés où paissent les vaches.

Plus précisément, la biodiversité fait l'objet, dans le secteur, de plusieurs mesures de protection.
- Des zones de protection des habitats et des espèces protégées, dites "Natura 2000" (voir définition en marge), ont été définies dans les alentours de la commune de Pompière à 7km à vol d'oiseau (forcément d'oiseau !) de Roncourt, et dans tout le secteur des communes de Malaincourt (village voisin), Médonville, Urville, Aingeville....
- une zone naturelle d'intérêt écologique et faunistique (ZNIEF) concerne également certains vastes secteurs autour des communes de Pompières, Landaville, Circourt sur Mouzon...
- une zone importante pour la protection des oiseaux (ZICO) a également été définie sur une vaste zone partant de Malaincourt et couvrant une zone sud du secteur
- enfin, dans une vallée allant de Sartes (5 à 6km à vol d'oiseau de Roncourt) à Circourt sur Mouzon,  la zone est définie comme "paysages remarquables".

VOIR LA CARTE
des zones naturelles du secteur

Au château lui-même et dans ses environs, nous avons signé une convention avec le Conservatoire des sites lorrains nous engageant à protéger une colonie de chauves-souris protégée (le petit rhinolophe) qui s'est hébergé dans les combles du château et de l'église.

Par ailleurs, dans le parc, le jardin et le verger, nous n'utilisons aucun intrant chimique. Tous les déchets "verts" sont donnés aux poules et aux cochons.


ENERGIE et EAU


Avant travaux, le château était un bâtiment non isolé et ne disposait d'aucun moyen de chauffage autre que les cheminées. L'ensemble des huisseries étaient en simple vitrage.

Après rénovation, les plafonds du rdc et du premier étage, ainsi que les murs du premier étage, donc les chambres d'hôtes, ont été entièrement isolés. Les portes et les fenêtres du premier étage et au rdc à l'arrière ont été remplacés par des huisseries bois double vitrage. L'isolation et le remplacement des fenêtres du rdc façade n'ont pas été réalisé afin de préserver le style d'époque de ces 4 pièces typiques du XVIIIème siècle. Un chauffage central alimenté par du bois-bûche a été installé. Globalement, le bâtiment est énergétiquement à la fois au plus efficace de ce qu'il peut être et très faiblement émeteur de gaz à effet de serre (le bois étant considéré comme une énergie renouvelable à émission de GES nulle). Le DPE d'origine était de F et sans doute approchons-nous aujourdui le C.

L'eau de pluie quant à elle est récupérée pour alimenter les deux puits situés devant le château. Les puits servent à arroser le jardin.
Nous proposons également aux hôtes d'économiser l'eau pour le linge en ne remplaçant leurs serviettes et leurs litterie qu'à leur demande et non pas automatiquement chaque jour.